Photographier les étoiles – les bases

4 Conseils pour commencer ses premières photos du ciel nocturne.

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  

Quand j’ai acheté mon tout premier appareil photo reflex, c’était un de mes principaux but, faire de l’astrophoto. depuis que je suis petit j’ai cette passion pour les étoiles. Mais bon ! j’habitais en région parisienne ! Niveau pollution lumineuse, j’étais servi pour ne rien pouvoir faire. Maintenant que j’habite dans le centre de la France c’est bien plus pratique, alors voici comment moi je fais :

Votre position géographique

La position géographique est très importante. Si vous vous trouvez trop près d’une grande ville ou d’une source de lumière importante, le ciel et en particulier la quasi totalité des étoiles seront obstrués par ce qu’on appelle la pollution lumineuse.

Voici une carte de la pollution lumineuse en france ici. Si vous n’habitez pas en France, tapez “carte pollution lumineuse + [votre pays]”. Comptez une quarantaine de kilomètres autour d’une source lumineuse importante pour pouvoir avoir un ciel de qualité. 

Les phases de la lune et la météo

La Lune peut être très problématique aussi car elle est très lumineuse, surtout quand elle est pleine. Faites vos observation si possible lorsque la Lune est absente ou en croissant. 

Il y a aussi la météo à prendre en compte, les nuages vous empêcheront d’observer correctement le ciel. 

Source : PxHere.com

L’appareil 

Le choix de l’appareil n’est pas vraiment important, tout ce qui compte est que l’appareil que vous choisirez ( ou que vous avez tout simplement ) ait des réglages modifiables comme la vitesse d’obturation, les iso etc. Voici l’article que j’ai écrit pour comprendre comment utiliser ces paramètres. En astrophoto, on utilisera toujours le mode manuel pour pouvoir atteindre des vitesses d’obturation comme 20 secondes ou plus.

Les meilleurs résultats seront obtenus avec un reflex à n’en pas douter, mais l’essentiel se trouve dans la liberté des réglages.

N’oubliez pas le trépied, car l’appareil devra rester immobile et stable durant les poses. Lors de ma première tentative d’astrophoto je n’avais pas de trépied avec moi, j’ai tant bien que mal essayé de caler l’appareil sur un muret en pierre, mais c’était vraiment difficile, surtout dans le noir… 

Voici une des photos que j’ai pu tirer de cette nuit : 

1×30 secondes d’exposition, 3200 ISO, 18 mm f/3.5. Source : moi
On peut y voir quelques constellation comme celle du dauphin, et une partie de la voie Lactée. On y voit surtout un bruit assez sale.

L’arbre est un peu cramé, mais ce n’est pas le plus grave, j’avais oublié de shooter en RAW. Donc le traitement aurait pu être mieux mais j’étais malheureusement resté en JPEG.

Pour en revenir au matériel, il vous sera impossible de faire de l’astrophoto si vous n’avez que votre téléphone ou un compact ne disposant pas du mode manuel. Vous serez limité à juste prendre des photos de quelques étoiles.

Les réglages

Maintenant que toutes les conditions sont réunies il vous reste à régler votre appareil 😉


La vitesse d’obturation 

Elle devra être assez longue pour qu’on puisse percevoir des étoiles qu’on ne verrait pas à l’œil nu, et aussi mieux percevoir celles qu’on voit déjà. Mais il y a un problème car la voûte céleste “bouge” autour de l’axe de rotation de la terre. C’est peut être invisible pour nos yeux, mais au bout de 30 secondes les étoiles se sont déplacés de quelques degrés dans le ciel, ce qui laissera de petites traînés lumineuses.

Mais pas d’inquiétudes, nos temps d’expositions ne dépassent pas les 30 secondes, les traînés que laissent les étoiles sont presque invisibles.

En zoomant sur la dernière photo on peut apercevoir que les étoiles laissent une légère traîné derrière elles, dû à la rotation de la Terre.

Pour les photos grand angle du ciel nocturne c’est pas grave. Pour les photos du ciel profond, une monture motorisée qui fera suivre la voûte céleste à votre appareil sera indispensable.

Les ISO

Sélectionnez l’avant dernier cran le plus haut. Si le maximum de votre appareil est 6400, sélectionnez 3200. Ça vous permettra de ne pas avoir une montée du bruit trop forte. Si vous n’avez pas un appareil haut de gamme incroyable ne vous en faite pas, entraînez vous quand même et faites vous plaisir, le bruit ne gâchera pas votre photo à 100% non plus  🙂

La mise au point 

Enlevez l’autofocus et réglez la mise au point à l’infini (Astuce : prenez votre appareil, mettez l’œil dans le viseur et visez un objet lointain. calez la mise au point sur cet objet et c’est bon).

L’ouverture 

Sélectionnez l’ouverture la plus grande possible selon votre objectif, pour faire rentrer la plus grande quantité de lumière possible.

En résumé

  • Mettez votre vitesse d’obturation à 30 secondes
  • ISO : un cran avant le maximum de votre appareil
  • Mise au point en manuel, et à l’infini 
  • L’ouverture la plus grande possible, donc avec le plus petit chiffre

Evidemment ces réglages ne sont que des conseils, libre à vous de vous amuser avec et d’essayer toutes sortes de réglages différents en fonction de votre situation 🙂

Dites moi dans un commentaire si cet article a pu vous aider ! 

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  

2 Replies to “Photographier les étoiles – les bases”

  1. Natacha dit :

    Merci pour cet article Arthur. J’adore regarder les étoiles et voir de belles photos du ciel étoilé, je pourrai y passer des heures! J’attends que la carte de pollution lumineuse soit téléchargée pour zieuter comment c’est chez moi, mais comme j’habite en rase campagne, ça devrait être pas mal!
    Natacha

    • Arthur Debons dit :

      Merci pour votre commentaire Natacha ! Si vous êtes dans la campagne ça devrait aller alors 😉 Si vous prenez des photos n’hésitez pas à me les envoyer ! 🙂

Partage ton avis ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 Conseils pour progresser en photo

En complément vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide