Les erreurs en Astrophoto

En cette nuit de février, il faisait comme toutes les nuits, très très froid dehors. Mais pour la première fois depuis depuis des mois, pas un seul nuage ne traînait dans le ciel. Il fallait donc en profiter ! Sincèrement, lorsqu’on est passionné d’astronomie et qu’on a pas vu d’étoiles depuis longtemps, ça fait très plaisir 😁 J’ai donc pris mon matos et je suis sorti. Mais évidemment, la précipitation (et le froid aussi… sûrement) m’ont fait faire des erreurs, de débutant je dirais. Voyons ensemble qu’elles sont les erreurs en Astrophoto que tout le monde se doit d’éviter :

Quel matériel j’avais ?

Si vous n’avez pas lu l’article sur les bases de l’astrophoto, c’est par là ! Je vais donc faire un récapitulatif vite fait de ce que j’avais avec moi.

Pour éviter certaines erreurs en Astrophoto, il vous faut un trépied, c’est évidemment indispensable. Voici le mien :

Lien partenaire Amazon, je mets volontairement ce lien car le trépied est de très bonne qualité.

En objectif j’avais le 18-55 f/3.5-5.6 de base, amplement suffisant, même si ça commence à me tâter d’acheter le Samyang 14mm f/2.8. Son angle de vue et son ouverture me feront faire un pas en avant dans les photos du ciel.

Et puis… bah rien d’autre en fait.

Non pas d’intervallomètre (vous savez, cette petite télécommande qui sert à contrôler l’appareil à distance. Quand je ferai du ciel profond oui j’en aurai besoin, pour l’instant je ne considère pas le fait de ne pas en avoir comme un erreur). J’ai juste eu à activer le retardateur et à le régler sur 2sec, pour éviter les tremblements de l’appareil.

Les photos

On peut voir sur cette photo brut la constellation d’orion, et la timide Syrius en bas à gauche, au dessus de l’arbre. ISO: 800 Expo : 15sec f/3.5
Presque à l’opposé d’Orion on retrouve la Grande Ourse.
Temps de pose : 20s ; ISO : 3200

Oui je sais la photo ci-dessous est floue ! Mais on voit après pourquoi, avec les quelques erreurs en Astrophoto à éviter.

On distingue les Pléiades au centre.
20s ; 3200 ISO ; f/3.5
Cette image est un assemblage de 5 mêmes photos brut, prises dans les mêmes conditions chacune, une par une. J’ai fais l’assemblage manuellement avec photoshop, car n’ayant pas de monture équatoriale motorisée, faire un assemblage automatique sur DSS par exemple, n’aurait pas fonctionné.
Et voici la version retouchée de cet assemblage.

On peut voir que la retouche est vraiment importante. L’assemblage que j’ai fais consiste à superposer les photos en fonction de leurs étoiles, c’est pour ça que les arbres au premier plan semblent flou.

Les erreurs que j’ai faite

Malgré tout ce que je sais sur la prise de vue du ciel nocturne, la précipitation vous cause de sérieux soucis. C’était la première nuit au ciel dégagé de tout l’hiver, alors évidemment j’ai foncé dehors avec le matériel.

Mais voilà, j’ai fait quelques bêtises, voici ce qu’il ne faut pas faire :

Couvrez vous !

Oui ça peut paraître bête mais même si j’étais bien couvert, je n’avais pas de gants, et lorsqu’on attend qu’une prise de vue soit faite, ça peut devenir problématique dans la bonne utilisation de vos doigts.

La mise au point :

J’ai fais exactement comme je l’ai expliqué dans mon article sur les bases de la photographie des étoiles, mais je m’y suis pris trop vite. J’ai pas passé assez de temps à vérifier si l’objet éclairé au loin que je visais était assez net. Donc au final je me retrouve avec des étoiles un peu baveuse (voir ci dessus). Donc n’oubliez pas de ne pas négliger trop rapidement cette étape.

Vérifiez votre mise au point en milieu de séance !

Pour cette séance j’ai réalisé des “flat”, des “dark” et des “offset”. Pour l’instant ils ne me servent pas trop, j’en ai fait cinq de chaque, puisque j’ai réalisé cinq photos brutes d’Orion. et en faisant les flat (donc en utilisant une lumière pour éclairer le capteur) j’ai à peine touché la bague de mise au point… C’est impossible de voir la différence avec le petit écran de l’appareil, mais en zoomant sur l’image il est possible de voir si la mise au point est toujours bonne. La photo des pléiades ci dessus a été faite avec ce faux mouvement, sur l’écran ça allait, mais en plus grand on se rend compte de la catastrophe.

Ne sous-estimez pas les ISO, et ne sur-estimez pas l’écran de l’appareil.

Pour la photo d’Orion je me suis mis à 800 ISO pour essayer, et en voyant le résultat sur le moment je me suis dit que c’était super bien. Mais en réalité beaucoup plus d’étoile auraient pu apparaître sur l’image, le petit écran est vraiment trompeur. Donc n’hésitez pas à monter jusqu’à 3200 au moins, sauf si vous comptez assembler des dizaines et des dizaines de photos.

En conclusion

Je suis un peu déçu du résultat final, je me dis que j’ai un peu loupé cette occasion, et elle n’est pas prête de revenir vu le temps ! Mais c’est comme ça. L’essentiel est d’apprendre de ses erreurs, et si je peux vous les partager c’est encore mieux 🙂

À vous de partager l’article si il vous a plu ! 🙂

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  

Partage ton avis ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.