Choisir un télescope pour l’observation et l’Astrophotographie

Vous avez décidé de commencer l’Astronomie, vous allez donc devoir choisir un télescope pour l’observation ou l’Astrophotographie. Mais vous vous rendez compte qu’il y a un nombre incalculable de télescopes différents, d’appellations, de marques, et de spécificités techniques qu’on peut choisir et qui n’ont pas l’air si simple que ça.

Et puis vous avez peut-être la flemme d’aller dans un nature et découverte, où un vendeur vous expliquera en 5 secondes pourquoi le plus cher est celui qu’il vous faut. Résultat vous vous retrouverez avec un outil sûrement mal adapté à vos besoins, qui restera à jamais dans le garage avant d’être revendu. (fun fact : j’ai acheté mon premier télescope à Nature et Découverte)

Dans cet article je vous explique quels sont les principaux types de télescopes qui existent en observation, ou en astrophotographie.

➡ Il est important pour vous de savoir qu’un télescope seul ne peut pas tout faire, vous devez avoir en tête ce que vous voulez observer (Lune/planètes ou/et nébuleuses/galaxies), avant d’acheter votre télescope !

Choisir un télescope : les différents types et leurs utilisations

Il existe donc trois moyens pour un télescope de focaliser de la lumière, avec ces trois systèmes optiques :

Les lunettes astronomiques (ou télescopes réfracteurs)

choisir télescope lunette astronomique observation astrophotographie
Source de l’image : PierreAstro

Les télescopes réfracteurs (qu’on appelle tout simplement lunettes astronomiques, car ce sont simplement des lunettes), sont composés de lentilles, qui réfractent la lumière.

De part leurs lentilles très chères à produire, les lunettes sont (à diamètre de tube égal) plus chères que les autres télescopes qu’on verra après. Mais la qualité de l’image est -à diamètre égal- supérieure aux autres types de télescope. Du coup, si vous voyez des lunettes astronomiques à très bas prix (- de 100€), ne vous posez pas la question, ce sont des jouets et pas de vrais instruments.

Voici comment fonctionne le système optique d’une lunette astronomique :

schéma optique lunette astronomique
Les rayons lumineux (en rouge) arrivent parallèlement de la gauche, et sont réfractés (déviés) jusqu’à l’endroit où se trouve l’oculaire, de l’autre coté de la lunette (à droite).

Pour quelles utilisations acheter une lunette astronomique ? ✅

  • Pour l’observation des astres très lumineux comme la Lune ou des planètes (jusqu’à Saturne), ou bien même des comètes.
  • Plutôt léger et pratique à transporter, et peut s’utiliser en ville comme en campagne.
  • En photographie diurne (en plein jour), après tout une lunette n’est qu’un simple téléobjectif.

Pour quelles utilisations il ne faut pas acheter de lunette astronomique ? ❌

  • Pour l’observation du ciel profond, et les astres très peu lumineux tels que les nébuleuses ou galaxies. En effet car les lunettes n’ont pas une ouverture suffisamment lumineuse pour capter des objets au delà du système solaire (mis à part les étoiles visible à l’œil nu). On revient en fin d’article sur le rapport F/D des télescopes et leurs ouverture.

Cependant, les lunettes astronomiques peuvent s’avérer très utile en Astrophotographie du ciel profond si vous êtes équipé d’une monture motorisée qui puisse supporter le poids de la lunette.

ATTENTION:

Il ne faut jamais pointer son télescope vers le Soleil, et ne SURTOUT JAMAIS REGARDER DANS LE VISEUR SI IL EST POINTÉ VERS LUI. L’œil que vous allez utiliser deviendra aveugle en un quart de seconde, et vous vivrez borgne jusqu’à la fin de vos jours. Alors ne pointez pas le Soleil avec votre instrument, pas sans un filtre spécialisé :).

Une dernière chose à propos des lunettes astronomiques, on trouve deux catégories :

  • Les Achromatiques
  • Les Apochromatiques

Les apochromatiques sont des lunettes dont les verres ont été traités afin de ne pas provoquer d’aberrations chromatiques (les petites déformations des bords de l’image avec les couleurs de l’arc en ciel, aussi appelé diffraction). Les achromatiques sont les lunettes qui n’ont pas de verre traités. Il existe également les semi-apo, pour les budgets plus serrés, qui se contentent de contrôler les aberrations chromatiques, alors que les “Apo” les suppriment (en gros).

Les lecteurs ont aussi lu :  Tout savoir sur les capteurs photo

Je vous laisse deviner laquelle de ces catégories coûte en moyenne 300€, et l’autre 3000€ :).

Cliquez ici pour voir un modèle de lunette astronomique sur le site AstroShop.

Les télescopes réflecteurs

choisir télescope newton observation astrophotographie
Un télescope réflecteur de type Newton, sur une monture équatoriale.
Source : Pierre Astro

Choisir un télescope réflecteur pour l’observation ou l’astrophotographie est un très bon choix, car ces types de télescope sont très polyvalents.

Les réflecteurs, comme leurs noms l’indiquent, sont constitués de miroirs et vont réfléchir la lumière pour la focaliser dans l’oculaire (on voit après ce qu’est un oculaire.)

Voici à quoi ressemble le système optique d’un réflecteur :

schéma optique newton dopson
On peut voir que le miroir primaire est concave, permettant à la lumière de se focaliser sur le second miroir, qui est une surface plane, pour ensuite atteindre l’oculaire.

Pourquoi des miroirs du coup ? Tout simplement car les miroirs ne provoquent pas d’aberrations chromatiques ! Mais par contre ils provoquent des comas sur les bords de l’image lorsque le miroir n’est pas parabolique…

J’explique en détails quels sont tous ces problèmes optiques dans mon guide pour débuter l’astrophotographie que vous pouvez télécharger ici.

Il existe donc deux grands types de télescopes réflecteurs : Le Newton et le Dobson.

Il n’y a quasiment aucune différence entre ces deux là, mis à part que : Le Newton a été inventé par le scientifique du même nom (d’ailleurs funfact : à son époque, Newton utilisait des miroirs en bronze, un matériau qui reflète seulement 40% de la lumière qu’il reçoit).

Et le Dopson a été “inventé” par un américain, John Dobson, qui avait comme philosophie de faire des télescopes avec les moyens du bord, et c’est pour ça que les Dopsons sont des télescopes très rudimentaires, mais qui fonctionne très bien.

Pour résumer la distinction, un télescope Newton sera souvent vendu avec une monture équatorial, tandis qu’un Dobson sera à même prix plus grand, avec un plus gros diamètre, et sur une table azimutale toute simple.

choisir télescope dopson observation astrophotographie
Voici à quoi ressemble à peu près tous les Dopson. Source : La Maison De L’Astronomie.

Dans quel cas acheter un télescope réflecteur ? ✅

  • Pour faire du planétaire
  • Pour faire du ciel profond
  • Il est donc très polyvalent
  • Sa simplicité de fabrication lui confère des rapports qualité/prix excellents
  • Idéal pour commencer (mon premier télescope est un Mizar 114/900 de type Newton, pour 200€).

Dans quel cas il ne faut pas acheter de réflecteur ? ❌

  • Si vous ne comptez faire que du planétaire, autant prendre une bonne lunette (meilleur qualité optique à diamètre égal)
  • Si vous comptez faire de l’astrophoto, ne prenez pas de Dobson! Les Ces derniers sont contraints d’être utilisé exclusivement pour de l’observation. À la limite vous pourrez utiliser votre smartphone pour prendre des photos à travers l’oculaire, mais ce sera efficace uniquement pour la Lune, ou des planètes très lumineuses.

Les Newton sont quant à eux, très utilisés par les astrophotographes qui ont les montures adéquates.

Les télescopes catadioptriques

choisir télescope schmidt cassegrain observation astrophotographie
Exemple de télescope catadioptrique de type “Schmidt-Cassegrain”. Source : Medas Instruments

Si vous suivez le blog depuis pas mal de temps, vous savez que j’ai déjà parlé d’un objectif catadioptrique, voici le lien de l’article si ça vous intéresse.

Mais qu’est ce que ça veut dire “Catadioptrique” ? En gros, c’est un mélange de lunette et de télescope Newton. Le télescope catadioptrique va être constitué de miroirs, mais également de lentilles. Voici le fonctionnement du système :

schéma optique schmidt cassegrain
Le miroir primaire est percé en son centre afin que le miroir secondaire transmette la lumière à travers. (Très ésotérique comme phrase haha).

Cette conception permet d’avoir une très grande longueur focale dans un volume plus réduit qu’avec un Newton, donc parfait pour le ciel profond, et les déplacements que cela occasionne. En contrepartie, ce système rend ces télescopes un peu moins lumineux (en général) que les Newton

Le miroir secondaire est tenu par une lame, c’est ce qui caractérise les Schmidt-Cassegrain. Les Cassegrain -tout court- ont, comme les Newton, une araignée qui soutient le miroir secondaire, mais provoque des aigrettes de diffraction comme sur la photo ci dessous :

choisir télescope observation astrophotographie aigrette

Et si vous vous demandez pourquoi les Newton n’ont pas de lame pour ne pas subir cette particularité, et bien des modèles existent, ce sont les Maksutov-Newton ! L’avantage des aigrettes (je trouve) est qu’elles aident à faire la mise au point (car une mauvaise mise au point montrera des aigrettes double sur les étoiles).

choisir télescope maksutov newton observation astrophotographie
Un Maksutov-Newton. Source : Astroshop.

Contrairement aux réflecteurs, choisir un télescope catadioptrique pour l’astrophotographie ou l’observation va être plus compliqué par le nombre incalculable de choix possibles… et de types différents.

Les lecteurs ont aussi lu :  Les objectifs pour l'Astrophoto

Mais retenez que deux noms : Schmidt-Cassegrain et Maksutov-Cassegrain (oui je sais ça fait 4), les autres comme Ritchey-Chrétien sont plus rares, et surtout plus chers.

Dans quel cas acheter un catadioptrique ?

  • Si votre but est de faire de l’astrophotographie du ciel profond, et que votre budget est conséquent. Les prix se situent entre les Newton et les lunettes.
  • Pour faire de l’observation également, les catadioptriques seront excellents.

Dans quel cas ne pas acheter de catadioptrique ?

  • Si vous comptez uniquement faire de l’observation, vous allez en avoir pour cher.

Si les Catadioptriques vous intéresse, voici leur page sur Astroshop. Je ne peux pas vraiment vous conseiller de modèle, votre choix sera vraiment en fonction de votre budget.

Le système GOTO

Comme son nom l’indique, ce système permet de contrôler la monture pour orienter son télescope vers un objet que vous aurez choisi sur la raquette de commande.

choisir télescope goto observation astrophotographie
Une monture connecté au Goto. Source : Pierre Astro

Vous pouvez voir sur l’image ci-dessus une raquette Goto, connectée à des moteurs qui permettent la rotation automatique des axes.

Pour l’utiliser c’est très simple, il suffit de faire la mise en station de l’axe d’ascension droite sur le pôle céleste, ensuite vous rentrez vos coordonnées GPS, et l’heure qu’il est. Désormais vous n’avez qu’à appuyer sur un bouton pour que votre optique se pointe sur l’objet de votre choix, ce qui je trouve, ruine un peu le plaisir de faire de l’astronomie.

Le plaisir en Astro se trouve également dans la recherche des objets, s’avoir se repérer dans le ciel etc.

En plus, les systèmes Goto augmentent très considérablement les prix des montures. Donc ça peut être pratique, mais vraiment si vous en avez besoin pour gagner du temps.

Choisir la monture de son télescope

Au sujet des montures, j’ai déjà écrit un article sur ce sujet, donc je vous invite à vous y rendre en cliquant ici pour en apprendre plus 🙂

Mais pour résumer la chose, sachez qu’il existe deux grands types de monture :

  • La monture Azimutale (ses axes se déplacent donc sur X et Y )
  • La monture Équatoriale, aussi appelée monture Allemande, se déplace sur deux axes : l’axe d’ascension droite, et l’axe de déclinaison. Cette monture est uniquement dédiée à l’astronomie.

Retenez juste une chose, c’est qu’une monture équatoriale nécessite impérativement une motorisation pour être utilisée en Astrophotographie.

Certaines Azimutales sont pourvues de motorisation, mais cela ne les rendent pas aussi pratique que les équatoriales.

Choisir un oculaire pour l’observation au télescope

choisir télescope oculaire observation astrophotographie
Source : Astrosurf.

L’oculaire est l’outil indispensable pour faire de l’observation au télescope, et c’est lui qui va réellement définir ce que le télescope va vous permettre de voir.

Il existe plusieurs sortes d’oculaires, des bons et des moins bons, mais tout l’intérêt d’un oculaire porte sur sa focale.

Plus la focale d’un oculaire est courte, plus le grossissement de l’image sera fort (ce qui est un peu contre-intuitif lorsqu’on fait de la photo).

Exemple : Avec un télescope de 900mm de focale et un oculaire de 9mm, mon grossissement va être de :

Les lecteurs ont aussi lu :  Objectif Catadioptrique en photo : ça vaut le coup ?

900/9=100.

Avec un oculaire de 25mm, mon grossissement sera moins important : 900/25=36

Mais attention, plus le grossissement sera fort, moins votre image sera nette. La qualité du télescope et le diamètre du tube compte aussi énormément,

Fonctionnement d’un télescope

Attention ! La partie à suivre n’est pas pour les allergiques aux maths, alors si tout ce qui vous intéresse c’est choisir un télescope adapté à vos besoins, foncez en bas de l’article 😉.

Bon, pour ceux qui restent, voici les bases :

Il y a deux paramètres à retenir : Le diamètre en millimètres, ainsi que la distance focale également en millimètres. Le diamètre est la taille du miroir primaire, ou de la plus grande lentille. La distance focale est la distance entre le miroir primaire/la lentille, et le dernier miroir/la dernière lentille qui renvoie l’image vers l’oculaire/l’appareil.

Pour un télescope, ça se traduit comme cela : 114/900, avec 114 = diamètre du miroir/lentille primaire, et 900 = la distance focale.

Avec ces deux éléments on va déterminer un paramètre essentiel du télescope, l’ouverture, aussi appelé rapport F/D.

Il se calcule en divisant la longueur focale par le diamètre. Donc pour un 114/900, on fait : 900/114 = 7.8.

Plus ce rapport est proche de 0, plus le télescope capte de lumière. Ce Dobson par exemple, est un 254 par 1200mm, il ouvre donc à 1200/254= 4.7 !! Parfait pour l’observation des objets peu lumineux.

Choisir un appareil pour l’Astrophotographie au télescope

Si la question de l’appareil à choisir vous intéresse, je vous renvoie vers un article que j’ai écrit pour le Blog Photo.

Si vous êtes intéressé par l’Astrophotographie au smartphone, voici le lien de l’article que j’ai écrit qui traite du sujet.

Au final, quel télescope choisir pour l’Astrophotographie/l’observation ?

Comme je l’ai dit précédemment, tout va dépendre de ce que vous voulez faire, mais également de votre budget.

Si vous voulez juste observer les planètes et la Lune :

  • Une lunette apochromatique (min: 400€) fera l’affaire. Si c’est trop cher pour vous, prenez une achromatique mais ne descendez pas en dessous de 200/150 €…
  • Un Dobson ou un Newton, ou même un Schmidt-Cassegrain (pour les budget plus conséquents) seront très bien, surtout les Dobson.
  • Un oculaire à focale courte (~10mm), qu’on trouve à 30€.

Si vous voulez observer le ciel profond (Nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles etc) :

  • Pour l’observation du ciel profond on oublie les lunettes, autant prendre un Dobson avec un gros diamètre, mais niveau maniabilité ça sera difficile avec la monture azimutale de ceux-ci. Un Newton sur une monture équatoriale sera plus chère, un peu moins lumineux, mais plus pratique.
  • Un Schmidt-Cassegrain avec Goto sera également très efficace mais un peu plus cher.

Pour l’astrophotographie :

  • Une lunette apochromatique comme la Sky-Watcher 80ED (c’est mon prochain achat) fera très bien l’affaire.
  • Pour un peu moins cher vous aurez un Newton qui fera bien l’affaire aussi, ou un Schmidt-Cassegrain mais pour un peu plus cher.

Une fois que vous aurez choisi le télescope qu’il vous faut, il faudra également choisir la monture adéquate à votre choix !

Au lieu de vous proposer plein de modèles différents, voici un comparateur de télescope sur lequel vous choisissez votre budget, pour vous aider à choisir votre futur outils d’observation :).

https://callisto.astrofiles.net/

Merci d’avoir lu jusqu’au bout, n’hésitez pas à télécharger l’E-book offert pour bien démarrer dans l’Astrophoto, et à partager l’article si il vous a plu :).

  •  
  •  
  •  

4 Replies to “Choisir un télescope pour l’observation et l’Astrophotographie”

  1. Parents en Equilibre dit :

    Merci pour cet article détaillé et technique et merci pour le comparateur : outil bien utile 🙂

  2. PLUCHON dit :

    ce n est pas dopson mais dobson

Partage ton avis ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.